À propos d’une note de l’observatoire des subventions

ObsSubventions

Sur Twitter, je fais une petite veille sur l’expression « Trop de fonctionnaires » ainsi que sur le seul mot « fonctionnaires« . Pour tout vous dire, cette veille je ne la fait pas vraiment sérieusement et je la suis de moins en moins régulièrement, le contenu est très répétitif, parfois extrême(droite-)ment violent et, finalement, peu intéressant. On voit, par exemple, le grand succès de la citation attribuée à Clemenceau, « la France est un pays fertile, on y plante des fonctionnaires, il y pousse des impôts ».

Il y a toutefois un petit intérêt à jeter un œil à ces fils de temps en temps : ils permettent de voir les informations (réelles ou fantasmées) qui circulent le plus, et de percevoir une partie des arguments anti-fonctionnaires qui ont le plus de succès (les arguments pro-fonctionnaires… sont très très rares).

Récemment, l’un des articles que j’ai beaucoup vu passer, sobrement intitulé « La part des fonctionnaires dans la population active » a été publié sur son site par « L’Observatoire des subventions ». Ce « site d’information » qui n’a rien d’un observatoire scientifique, a été fondé et est alimenté par les membres de l’association antifiscaliste “Contribuables associés” et rencontre un certain succès à droite et, surtout, à l’extrême droite…

Dans ce billet, je vous propose une lecture critique des assertions chiffrées de cet article…

Lire sur Penser/Compter

 

____________________

Crédit image du bandeau : « Numbers And Finance » by Ken Teegardin (en cc sur Flickr)

Print this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook0Buffer this pageShare on Google+0Digg thisEmail this to someoneShare on Tumblr0Share on LinkedIn0Flattr the authorShare on StumbleUpon0Share on Reddit0Pin on Pinterest0

Une pensée sur “À propos d’une note de l’observatoire des subventions”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *