2.000 parasites de plus par jour dans une armée d’incapables surpayés 3


(Le titre de ce billet est un clin d’œil au compte @TraduisonsLes sur Twitter)

J’ai beau régulièrement me promettre d’arrêter de perdre du temps sur ce type de publications, un nouvel article sur « le nombre des fonctionnaires » m’a semblé nécessiter une petite lecture critique. Je l’ai découvert sur Contrepoints (même si, comme on le verra, il n’a pas été publié que sur ce site) via les réseaux sociaux :

 Contrepoints_2000fonctionnaires

Le support

Connaissez-vous Contrepoints ? C’est un « journal libéral d’actualité en ligne » dont le slogan alléchant est fièrement affiché en sous-titre du site : « le nivellement par le haut ». Ce site, créé en 2007, « publie des contributions de nombreux auteurs représentatifs de l’ensemble du spectre libéral, qu’ils soient écrivains, économistes, blogueurs, etc. », et fédère « plus de 900.000 visiteurs par mois » (source). Je tombe régulièrement sur des publications de ce site créé en 2007 par Libéraux.org via une veille Twitter sur les mots clés « fonctionnaires » ou « trop de fonctionnaires » (oui… je sais…).

Pour vous faire une petite idée, voici un petit florilège de titres que vous ne manquerez pas de retrouver par vous-même sur le site si vous le souhaitez : « Relevons le point d’indice de l’occupant intérieur » (auteur : H16 – décembre 2015) ; « La France est une usine à fabriquer des fonctionnaires » (auteur : IREF – janvier 2016) ; « Un « plan pour l’emploi »… des fonctionnaires ! » (auteur : Olivier Myard – février 2016) ; « Augmenter le point d’indice des fonctionnaires : du clientélisme coûteux » (auteur : Aurélien Véron – mars 2016)

Aujourd’hui, je suis donc tombé sur un article passionnant intitulé : « 2.000 fonctionnaires recrutés chaque jour en France« . Attention, cela ne serait vraiment pas un tract mais un article : il est même chapeauté de la mention « Analyse » qui signale le sérieux du texte qui ne serait donc ni un « billet d’humeur », ni une « opinion », ni un « édito » (autres exemples de catégorisation des publications sur le site).

Bon, en fait, il s’agissait d’abord d’un billet publié sur le blog de l’auteur le 19 juillet, repris ensuite sur le site de Contrepoints le 20 juillet. Oui parce que, voyez-vous, rien ne l’indique sur le site, mais l’essentiel du contenu de Contrepoints correspond à une republication d’articles et de billets publiés par ailleurs. Sous chaque article, on trouve ainsi un lien « Sur le Web », un peu à la façon d’un « pour en savoir plus », qui ne renvoie pas à de la documentation complémentaire… mais à l’article original. C’est ainsi que l’on arrive à accueillir « au total les articles de près d’un millier d’auteurs » et a publier au moins 8 articles par jour. Entendons-nous bien, je n’ai absolument rien contre cette pratique que je trouve au contraire vraiment intéressante. Je trouve juste dommage que cela ne soit pas explicitement annoncé sur le site : Contrepoints est en fait une sorte de hub de publications extérieures reprises pour alimenter le site.

L’auteur

Revenons à notre article… et commençons par situer son auteur. Cette « analyse » donc, nous la devons à Éric Verhaeghe. Ancien élève de l’ENA (promotion Copernic), passé par les Assurances, le MEDEF et la présidence de l’APEC, il a depuis fondé un cabinet d’innovation sociale « Parménide » et dirige la publication de « Branches Info & Tripalio », un « site en ligne d’information sociale ». Il s’agit d’un auteur très prolixe. Il est en effet, comme il le précise dans sa bio. sur le site de Parménide : « également auteur et contributeur à de nombreux sites en ligne« .

Bon, il se trouve que s’il publie sans conteste beaucoup (un à deux billets par jour sur son blog personnel, « Jusqu’ici tout va bien » – http://www.eric-verhaeghe.fr/) ses contributions à de « nombreux sites » correspondent principalement a des republications, sur des sites comme Atlantico et Contrepoints, mais aussi sur des plateformes et « pure players » dont il est le fondateur/directeur de la publication/etc. Petite démonstration en image :

2000fonct_E-VERHAEGUE

De son blog, le billet passe sur Atlantico et Contrepoints, mais aussi sur Décider & Entreprendre, « média des décideurs publics et privés » (dont E.V. est directeur de la publication), site lancé lancé fin 2015 par Tripalio (dont E.V. est directeur de la publication).

Cela fonctionne bien sûr aussi avec d’autres sujets… et avec bien d’autres sites ! L’auteur a ainsi publié la veille un article intitulé « Marisol Touraine, la Bécassine du gouvernement profond » republié cette fois ensuite sur Tripalio, Courtage Network  (« réseau social » créé par Tripalio… ; l’auteur procède aussi de la même façon avec d’autres articles avec une autre plateforme, Expert Network). Bref, voici quelqu’un qui sait aller chercher son lectorat et organiser sa présence en ligne !

Pour l’article le tract (numérique) qui nous occupe, cela produit un bel effet : outre donner l’impression d’une collaboration encore plus prolifique avec de nombreux sites, cela assure par ailleurs une reprise assez large sur les sites-à-clics (enfin… sur les sites-encore-plus-à-clics-que-contrepoints-atlantico-et-cie) : Yahoo News, Économie matin, InfoNiooz, Alvinet, Actudirect, etc.

Le tract

Oui parce que faute d’une « analyse » (selon Contrepoints) ou d’un « décryptage » (selon Atlantico), ce que nous avons sous les yeux n’est ni plus ni moins qu’un tract visant à alimenter les fantasmes anti-fonctionnaires… Décryptons-donc l’analyse.

Le titre, bien entendu très accrocheur, en apparence beaucoup plus factuel que sa « traduction » en tête de ce billet…, est d’emblée trompeur – d’aucuns diraient mensonger. Et ce ne sont pas les « chapeaux » ajoutés par Contrepoints : « Si la France compte environ 5 millions de fonctionnaires, elle en recrute quand même 500.000 chaque année » ou Atlantico qui aideront les lecteurs à sortir de la confusion : « (…) Malgré un nombre de fonctionnaires plus que conséquent (5 millions), la France persiste à en recruter plus que de raison ». Celui de l’auteur a le mérite de l’humour et de l’originalité : « C’est bien connu: la France est un pays où l’on plante des fonctionnaires et où l’on récolte des impôts. Un rapport (L’Horty, du nom de son auteur) sur les discriminations dans la fonction publique vient d’en donner la confirmation inattendue. »

Je ne reviendrai pas ici en détail sur les ressorts de la manipulation (je l’ai fait plusieurs fois par ailleurs, voir sur Penser/Compter par exemple pour une mise en perspective historique ou sur AlterÉco+ pour un décryptage d’actualité). Pour le dire rapidement : l’auteur cherche à faire croire qu’il y a toujours plus de fonctionnaires là où :

1) en réalité il est question de flux et non de stocks. en clair, il y a peut-être 2.000 personnes qui entrent en moyenne par jour dans l’un des 3 versants de la fonction publique – mais il y en a presque autant qui en sortent ! Ainsi, le gouvernement, après avoir longtemps prôné la stabilisation (voire la réduction) des effectifs et le blocage des traitements, à l’approche de 2017, commence à lâcher un peu de lest sur le point d’indice (après 6 années de « grande stagnation ») et à revendiquer des créations de postes : 29.422 pour l’État sur le quinquennat.

2) les chiffres cités (une grande part du billet consiste en une capture d’écran du rapport de Yannick L’Horty) reposent sur une « approximation du volume des recrutement » puisque aucune statistique des flux n’est disponible (ce que l’on ne peut que regretter d’ailleurs !)

3) il ne s’agit à aucun moment des recrutements de « fonctionnaires » mais bien, et Yannick L’Horty le précise bien dans son rapport, de recrutements « toutes catégories d’agents et de contrats confondus ».

Cela n’empêche pas l’auteur de conclure « Donc, si la France compte environ 5 millions de fonctionnaires, elle en recrute quand même 500.000 chaque année » puis de proposer des comparaisons hautement significatives… avec le nombre d’inscriptions à Pôle Emploi ou le nombre de bacheliers :

« la France a fabriqué 632.000 bacheliers. Les recrutements dans la fonction publique, chaque année, absorbent donc l’équivalent de 85% de ces effectifs. Le chiffre donne un ordre de grandeur significative sur la ponction que la fonction publique pratique chaque année sur la main-d’œuvre en France.

(…) Autre comparaison significative : rappelons que, chaque mois, ce sont environ 550.000 personnes qui s’inscrivent à Pôle Emploi. Le recrutement annuel de la fonction publique équivaut donc à un mois normal d’entrées pour Pôle Emploi. « 

Or, s’il s’agit de flux, c’est qu’il y a aussi des sorties. Si les 500.000 recrutements par an ainsi évalués venaient grossir le stock des agents des trois versants de la fonction publique, cette dernière serait passée d’un effectif d’env. 5 millions d’agents à 7.5 millions ! Si l’auteur du rapport ici manipulé utilisé par Éric Verhaeghe ne s’attarde pas sur la question des sorties, c’est pour la bonne et simple raison que son objet est d’étudier les discriminations à l’embauche… Mais il n’est pas besoin d’avoir fait l’ENA (y compris dans la promotion Copernic) pour savoir que, si une augmentation totale du stock dans la fonction publique de l’État est d’environ 30.000, c’est qu’il y a eu beaucoup de sorties pour compenser l’essentiel de ces entrées…

En l’occurrence, l’auteur se contredit lui-même en rappelant, avec le rapport, que l’essentiel des recrutements concerne des non-titulaires (et donc des non-fonctionnaires) embauchés pour l’essentiel pour des contrats relativement courts. Faisant mine de s’y intéresser pour dénoncer cet état de fait, il en arrive vite à son objectif final, dénoncer la taxation des entreprises : « Il est tellement plus facile de dénoncer la précarité dans les entreprises… et demander leur taxation ».

Pour aller un peu plus loin

Au-delà de la tentative de manipulation grossière d’un passage du rapport L’Horty par Éric Verhaeghe, ce document relatif aux « discriminations dans l’accès à l’emploi public » mérite que l’on s’y attarde. On peut le télécharger sur la page du ministère de la Fonction publique (voir ici) et si l’on manque de temps, plutôt que le billet d’Éric Verhaeghe, on gagnera à lire les articles qui en ont rendu compte du rapport dans la presse.

En effet, il m’avait semblé passer inaperçu, mais il a fait l’objet de nombreux articles : « Discriminations à l’embauche : la fonction publique n’est pas épargnée » (Les Echos, 12 juillet 2013) ; « Discriminations à l’emploi : la fonction publique concernée » (Le Monde, 13 juillet 2016) ; « Mieux vaut s’appeler Jacques que Youssouf pour être recruté dans la fonction publique » (Le Figaro, 13 juillet 2016) ; «  Discrimination dans l’emploi public: l’hôpital mauvais élève » (Libération, 13 juillet 2016) ; « La fonction publique discrimine aussi » (L’Humanité, 15 juillet 2016).

On pourra aussi lire quelques dossiers de revues sur  les questions relatives aux inégalités d’accès aux emplois publics. Dans la Revue française d’administration publique  : « Fonction publique : ressembler à la population ? » (n°118, 2006) ; « La place des femmes dans les élites administratives » (n°145, 2013) ; « Les emplois publics sont-ils accessibles à tous ? » (n°153, 2015 – ce dernier se trouve malheureusement encore sous barrière mobile). Dans Politiques et management public : « Le plafond de verre dans l’administration, enjeux et démarches de changement » (n°28, 2011). Voir aussi, dans Travail et Emploi, le dossier intitulé « Promotions et migrations administratives : histoire, ethnographie, approches croisées« , (n°127, 2011)

Et enfin, sur le nombre des fonctionnaires, un peu d’auto-promo ne faisant jamais de mal, je vous rappelle que ma thèse et mes articles publiés sur la question se trouvent en libre accès sur HAL-SHS et que j’ai consacré quelques billets de blog à ce sujet du côté de Penser/Compter.

[Édit. du 26 juillet 2016 :]

…et en plus ils sont surpayés !

L’auteur étant très prolifique, un nouveau billet sur « les fonctionnaires » a déjà été publié sur son blog (ainsi que sur Contrepoints, et sur Atlantico). Intitulé « Les fonctionnaires gagnent 20% de plus que les salariés« , ce billet commente une note Insee Première rédigée par Christophe Michel et Natacha Gualbert : « Les salaires dans la fonction publique d’État » (page INSEE | PDF). Dès la toute première phrase du billet, Éric Verhaeghe précise que cette étude « mérite d’être lue attentivement pour en comprendre le sel ».

Or, avec cette nouvelle contribution de haute tenue, il me fait douter. En effet, là où je pensais déceler une tentative de manipulation (assez réussie compte tenu de l’écho de ses « analyses »), peut-être que, finalement, nous ne ferions face qu’à une certaine incapacité à lire correctement des tableaux…

En effet, pour dénoncer que, non seulement les fonctionnaires n’auraient pas vu baisser leur pouvoir d’achat, mais que de surcroît ils gagneraient beaucoup plus que les salariés du privé, notre fin analyste reproduit un tableau de l’INSEE (figure 4 dans le PDF) que je reprends moi aussi en surlignant le passage commenté par É.V. :

INSEE-PRemiere_1612_juillet2016_fig4

Du tableau ci-dessus et, tout particulièrement de la ligne surlignée, É.V. conclut ceci :

« Alors que les salariés du privé en place chez le même employeur durant deux années consécutives gagnent en moyenne 2.330 euros nets par mois, cette rémunération grimpe donc à 2.702 euros nets, soit un différentiel de 472 euros mensuels. Soit un différentiel de 20%. »

Reprenons : voici un tableau qui présente la structure des effectifs et des traitements de l’ensemble des salariés de la fonction publique de l’État. On y apprend qu’au sein de ces effectifs (publics donc), si l’on tient uniquement compte que des « salariés présents en 2013 et 2014″ (i.e. « sur l’ensemble des deux années chez le même employeur et ayant la même quotité de temps de travail les deux années ») : le salaire moyen des fonctionnaires en euros constant était, en 2014, de 2.702€ là où celui des « autres salariés » (de la fonction publique d’État donc) était de 2.331€. Éric Verhaeghe déduit donc une différence de salaire entre « fonctionnaires » et « salariés du privé » à partir d’un tableau où ne figure aucune information relative aux salariés du privés… il me semble que cela se passe de tout autre commentaire sur le sérieux de notre expert.

Pour le reste, saisissons l’occasion pour rappeler qu’il est assez difficile de comparer les salaires des secteurs publics et privés. En particulier parce que la question de la structure des effectifs selon le niveau hiérarchique est trop souvent oubliée.  Je me permets de vous renvoyer à nouveau vers un billet publié sur Penser/Compter où figure le passage suivant :

Lorsque vous entendrez à nouveau la petite ritournelle des fonctionnaires mieux payés que dans le privé, gardez à l’esprit le fait qu’en réalité tout dépend des niveaux hiérarchiques pris en considération.Prenons ici un dernier exemple. L’INSEE a établi :

- qu’en 2010 un agent de la Fonction publique de l’État percevait un salaire brut moyen en équivalent-temps plein de 2 934€ par mois et que, déduction faite des prélèvements sociaux, le salaire net moyen s’établissait à 2 459 euros par mois (source) ;
- qu’en 2011, une personne travaillant dans le secteur privé ou une entreprise publique percevait un salaire brut moyen en équivalent-temps plein de 2 830€ bruts et de 2 130€ nets (source).

Donc en moyenne, les agents de l’État seraient mieux payés que les salariés du secteur privé… Mais si l’on regarde de plus près la structuration hiérarchique de ces secteurs, on constate :

- qu’en 2010, selon l’INSEE, les cadres représentaient 36,2% des agents de la Fonction publique de l’État (source)
- qu’en 2010, selon l’APEC, les cadres représentaient 18% de l’effectif salarié total (source)

La Fonction publique d’État paye donc, en moyenne, moins ses cadres supérieurs que le privé, mais les cadres sont moins nombreux dans le privé que dans le public, d’où cette impression d’une meilleure rémunération d’un point de vue global.

Dans une note publiée par l’INSEE en 2005, Julien Pouget notait ainsi que :

« La comparaison globale des salaires du secteur privé et du secteur public n’a qu’une signification limitée. En effet, ces deux secteurs ont des logiques de fonctionnement et d’organisation foncièrement différentes : en particulier, les postes de travail et donc les qualifications qu’ils requièrent sont assez dissemblables. La Fonction publique d’État comporte proportionnellement plus de salariés des catégories socioprofessionnelles les plus qualifiées (cadres supérieurs et professions intermédiaires) que le secteur privé : on peut donc s’attendre à ce que le salaire moyen y soit globalement plus élevé (…) » C’est pourquoi il est préférable de mener des comparaisons plus fines entre les deux secteurs, sur des sous-populations définies par des caractéristiques communes (comme l’âge, le sexe, le diplôme).« 

L’INSEE nous ment ! (à moins qu’on lise correctement ses notes…)

Allez, soyons fous, et prenons malgré tout le reste de son billet au sérieux. Parce que, comme son titre ne l’indique pas, l’essentiel du contenu du billet d’Éric Verhaeghe concerne l’évolution du pouvoir d’achat « des fonctionnaires ».

Fort de sa lecture attentive de la note INSEE Première, il commence par nous mettre en garde : nous serions victimes « d’une sorte d’enfumage » tentée par l’INSEE. L’organisme en effet annoncerait un baisse globale des salaires nets mensuels de 0.2% alors que ceux-ci auraient augmenté de 1.6% (voir le tableau ci-dessus). Eh oui, parce que « si l’on analyse l’évolution de la rémunération des fonctionnaires titulaires, la réalité devient très différente ».

Compte tenu du sérieux auquel nous a habitué l’auteur, il n’est pas totalement inutile d’aller voir d’un peu plus près ce qui explique ce décalage : eh oui, l’INSEE, tout à sa tentative « d’enfumage », nous donne, dans sa note de 4 pages, toutes les clés pour comprendre les données publiées.

  • À quoi correspondent les -0.2 % ?

L’INSEE commence par donner le chiffre le plus global. Celui de l’évolution du salaire net moyen  en équivalent temps plein en 2014, qui concerne tous les employés de la fonction publique de l’État, c’est à dire les :

« 2.2 millions de salariés civils [qui] travaillent dans la fonction publique de l’État (FPE) [au 31 décembre 2014] que ce soit dans les ministères ou dans les établissements publics administratifs (EPA). Un peu plus de 70% de ces salariés sont fonctionnaires. Les autres sont contractuels ou relèvent d’autres statuts, incluant les bénéficiaires de contrats aidés ».

Bien sûr, un tel chiffre global couvre des disparités très importantes que la note évoque : hors contrats aidés, le salaire net moyen a progressé de 0.2% en euros constants par exemple ; et si l’on ne tient compte que des fonctionnaires, la hausse est de 0.5% ; si l’on va encore plus loin, parmi ces seuls fonctionnaires de l’État, on note une augmentation globale de 1.2% en catégorie C, et une diminution de 0.2% en catégorie A et de 0.1% en catégorie B.

L’organisme statistique offre aussi quelques explications à ces évolutions. Pour ne prendre qu’un seul exemple, voici ce que l’auteur de la note explique quant à l’augmentation de 0.5% du salaire des fonctionnaires :

« En 2014, le salaire brut moyen des fonctionnaires (ministères et EPA confondus) croît de 0,5 % en euros constants. Cette évolution est due pour moitié à une hausse de 0,3 % du traitement indiciaire brut moyen (figure 2) et pour moitié à une hausse de 1,3 % des primes et rémunérations annexes, qui représentent 20 % du salaire brut. Ces dernières incluent notamment les rémunérations des heures supplémentaires ainsi que les montants perçus au titre du rachat de jours épargnés dans le cadre du compte épargne-temps (CET). Le nombre de salariés ayant opté pour ce rachat a augmenté dans les ministères : environ 59 100 personnes en 2014 contre 53 300 en 2013. Par ailleurs, l’indemnité de résidence et le supplément familial, qui ne pèsent que pour 2 % du salaire brut, progressent légèrement (+ 0,5 %). Enfin, les cotisations salariales augmentent de 2,3 %, du fait de la hausse du taux de cotisation au titre de la retraite, ce qui explique que le salaire net moyen des fonctionnaires, de 2 646 euros mensuels, augmente un peu moins que leur salaire brut, de 0,2 % en euros constants. »

Nous voici assez loin des analyses à l’emporte-pièce évoquées plus haut…

  • À quoi correspondent les +1.6 % ?

Vous me direz : « n’empêche, dans le tableau, on voit bien qu’il y a une hausse de 1.6% ». Eh oui. Parce que la base de calcul n’est tout simplement pas la même !

En effet, la hausse de 1.6% ne concerne que l’évolution de la rémunération moyenne des « personnes en place » (RMPP), dont la définition est donnée dans la note. Il s’agit donc de :

« l’évolution du salaire net moyen des seules personnes présentes deux années complètes (24 mois consécutifs) chez le même employeur et ayant la même quotité de temps de travail les deux années ; elle retrace notamment les progressions de carrière de cette sous-population »

Concrètement la hausse de 1.6% des salaires ne concerne pas tous les agents, ni même tous les fonctionnaires, mais seulement ceux qui sont comptabilisés parmi les « personnes en place ». Or, ce sous-groupe correspond à 67% des salariés de la FPE.

Décidément, les chiffres, on peut leur faire dire ce que l’on veut… 

Pour aller un peu plus loin (bis)

Encore une fois, l’intérêt de la note de l’INSEE dépasse largement l’usage qui en a été fait. Elle permet notamment de saisir, non seulement les très grandes disparités salariales selon les statuts, catégories hiérarchiques etc., mais aussi d’avoir un aperçu des inégalités selon le sexe par exemple. Les auteurs notent en effet que la réduction des écarts de salaires poursuit sa diminution tout en détaillant la persistance d’inégalités : « en 2014, le salaire net moyen en EQTP des femmes est inférieur de 14.6% à celui des hommes, après 14.7% en 2013″.

Outre cette note et les références indiquées dans la première version de ce billet (voir supra), on pourra consulter le site de l’Observatoire des inégalités, sur les salaires dans la Fonction publique et plus généralement sur les inégalités de revenus ou sur les inégalités femmes/hommes. Sur ce point particulier, on pourra aussi consulter une note publiée par Françoise Milewski en 2011 dans la Lettre de l’OFCE : « La place des femmes dans la haute fonction publique : encore un effort à faire ! » ainsi que le rapport de recherche réalisé par  Chloe Duvivier, Joseph Lanfranchi et Mathieu Narcy en 2015 : « Les sources de l’écart de rémunération entre hommes et femmes au sein des trois versants de la fonction publique« .

Voir aussi les travaux d’Aurélie Peyrin sur la segmentation du marché du travail dans la FP : « La crise, accélérateur de la segmentation interne de la fonction publique d’État » (communication au journées internationales de sociologie du travail de mai 2016) et « Résorber la précarité sans réduire les inégalités : Une dualisation négociée des carrières dans les fonctions publiques (2009-2011) » (document de travail).

[/fin de l’édit. du 26/07/2016]


Crédits image de une : Parasites, by John Flannery en cc sur Flickr

Print this pageTweet about this on TwitterShare on Facebook0Buffer this pageShare on Google+0Digg thisEmail this to someoneShare on Tumblr0Share on LinkedIn0Flattr the authorShare on StumbleUpon0Share on Reddit3Pin on Pinterest0

Répondre à zelectron Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

3 commentaires sur “2.000 parasites de plus par jour dans une armée d’incapables surpayés

  • zelectron

    sauf que :
    les rôles de l’état & des collectivités ne sont en aucun cas d’occuper tous les champs du tout et du rien; à part les fonctions régaliennes du terrain et quelques cadres pour diriger, le reste n’est qu’artifices au détriment de l’emploi du secteur privé !
    Peu nous chaut qu’une étude sur le sexe des anges puisse occuper à plein temps un chercheur fusse-t-il maitre puisque cela n’a strictement aucun intérêt et qui plus est au regard d’une crise que tout le monde s’accorde à la considérer pour plus grave que ce qui nous est présenté.
    L’auto-proclamation de la nécessité d’être du fonctionnariat par ceux qui en sont est bien mal venue car les ressources qui permettent leurs traitements et salaires viennent in fine du secteur privé, ne vous en déplaise et ne sont pas extensibles à l’infini. Les retards de développements de nos entreprises hormis les « CAC40″) des domaines PME/PMI en particulier sont considérables et ne pourront pas être résorbés d’un coup de baguette magique « socialiste » avant qu’une sérieuse purge de l’establishment de l’État ne soit opéré drastiquement (sauf de la manière aveugle du sautillant précédent)
    Quand vous savez qu’un ponctionnaire coûte en moyenne 3.5 millions d’€uros, chiffre 2011, (source Didier Migaud, socialiste, Président de la Cour des Comptes) ….
    Que dire de l’actuel mainmise des fonctionnaires en France et en Europe « Tout dans l’État, rien contre l’État, rien hors de l’État » si cher à ce fasciste de Benito Mussolini !
    Les 600 et quelques comités « Théodule » coûtent 3 milliards d’€/annuel

    • Émilien Ruiz Auteur du billet

      Peu nous chaut qu’une étude sur le sexe des anges puisse occuper à plein temps un chercheur fusse-t-il maitre puisque cela n’a strictement aucun intérêt

      Eh bien cela, à la lecture du gloubi-boulga de votre commentaire, je veux bien le croire ! Pour le reste, je ne perdrai pas plus de temps à vous répondre car vous n’avez manifestement pas lu le billet, vous ne lirez probablement pas non plus vraiment cette réponse… et encore moins toute référence complémentaire à laquelle je vous renverrais